My Taboo Child

Projet soutenu par World-press-photo

 

(C) REPRODUCTION INTERDITE

« Lorsque je me retrouve seule, je me rappelle ma vie d’avant et il m’arrive de la regretter…
J’avais ma propre chambre, ma propre salle de bain, une cuisine aménagée, une vie confortable au sein du foyer familial,
de l’argent de poche, l’insouciance de mon âge, et puis un jour j’ai perdu tout cela…

Je suis devenue mère célibataire au Maroc. »  B.

B, maman célibataire au sein de son école de tourisme à Casablanca, le jour des résultats de passage pour sa soutenance. B, a single mother waiting for the results of her diploma at a tourism's school in Casablanca. (c) Zara Samiry

My taboo child

Au Maroc, être mère célibataire est encore tabou. C’est souvent synonyme de discrimination pour la femme et l’enfant : les naissances hors mariage sont le fruit de relations illégitimes interdites par la loi marocaine. Certaines mères sont des femmes violées, d’autres ont été promises au mariage et abandonnées une fois enceintes, d’autres encore sont unies seulement par un mariage coutumier sans acte officiel à un homme qui, la plupart du temps refuse de reconnaitre l’enfant.

Si des femmes plus aisées peuvent interrompre leur grossesse – dans l’illégalité –, celles issues de milieux plus modestes n’ont pas ce choix coûteux et d’autres en refusent simplement l’idée : toutes doivent fuir et cacher leur grossesse à la sphère familiale. Isolées et sans ressources, elles se retrouvent dans la rue. Elles ont pour la plupart moins de 25 ans et certaines sont encore mineures à l’accouchement…
Malgré une récente réforme de la Moudawana (Code de la famille), les tabous sont ancrés dans la société et leur poids restent très présents dans la vie déjà précaire de ces femmes.
Des associations s’engagent depuis des années à venir en aide à ces mamans célibataires et à les insérer dans la vie sociale, et c’est par le biais de la première association de ce genre à avoir vu le jour au Maroc que je rencontre les trois femmes, mères célibataires, qui ont accepté de s’exprimer devant l’objectif de mon appareil photo.

J’ai voulu montrer la vie de ces mères célibataires à travers ces trois parcours différents. Chacune à sa façon vit pour son enfant… aucune ne l’a abandonné.
Les visages ainsi que des détails de leur vie ont été dissimulés pour protéger leur anonymat face à une société qui ne les accepte pas encore malgré l’aide d’associations reconnues et de l’avancée importante apportée par la réforme de la Moudawana.

my taboo child

B. ne passe pas inaperçue. La vingtaine passée, coquette et toujours bien apprêtée elle a l’apparence d’une poupée. A la suite d’une grossesse hors mariage, et face au refus du père de la reconnaître ainsi que l’enfant, elle préfère fuir sa ville natale pour s’installer à Casablanca. Elle est sûre de se voir renier si elle avoue la vérité à sa famille. Elle se retrouve ainsi dans la rue, enceinte, avant d’être prise en charge par le cercle associatif. Elle réapprend alors à vivre, à être une mère pour son enfant, à se construire un projet personnel. Elle bénéficie d’une prise en charge, poursuit ses études en vue de décrocher un diplôme et par la suite pouvoir vivre de façon autonome. Aujourd’hui, ses études bientôt finies, des projets professionnels bien définis, elle partage une chambre de 5m² dans un quartier populaire de Casablanca, avec son fils et une autre mère célibataire, sans cuisine, ni salle de bain.

my taboo child

my taboo child

my taboo child

Lorsque F. s’est approchée de moi, j’ai d’abord vu une femme-enfant très attachée à son fils. Elle est la plus jeune et précaire des trois mères. Unie par un mariage coutumier sans acte officiel, son « mari » la renvoie vers le foyer parental lorsqu’il apprend sa grossesse et refuse de reconnaitre l’enfant.

Accablée de préjugés et d’accusations d’adultère, elle fuit son village natal et trouve refuge dans une association à Casablanca, qui réussit après 2 ans de négociations à convaincre le père de reconnaitre l’enfant…
Le chemin ne s’arrête pas là pour autant, et aujourd’hui, F. vit toujours seule avec son enfant dans une chambre vétuste d’un quartier pauvre.

my taboo child

H., la deuxième mère que j’ai pu rencontrer, est un personnage très représentatif du sentiment de colère et d’injustice que ressentent ces femmes. Elle se dit prête à tout pour donner un père à son enfant. Fiancée à un homme de 40 ans son ainé, elle avait voulu mettre un terme à sa grossesse, avant de changer d’avis et de fuir le foyer familial avec l’aide d’un membre de sa famille. « Mon père m’aurait tué s’il avait appris cette grossesse à l’époque, et maintenant qu’il a appris ma situation, il refuse de voir mon enfant avant que je ne lui trouve un père. » (H.)

Orientée vers la coiffure et plus globalement les soins féminins, sa vie professionnelle est encore en construction.
Les tourments qui l’habitent sont encore très présents : très affectée psychologiquement, les échanges avec elle se sont interrompus et il n’a pas été possible de rencontrer son enfant.

0%
des mères célibataires ont moins de 26 ans.
mères célibataires selon les chiffres de 2011
naissances hors mariage selon les chiffres de 2011.
0%
des pères refusent de reconnaitre l'enfant.